30 décembre 2020
  • Partager

Patrimoine de Gan : Le Pavillon Baltard

Dans cette série d'articles Daniel Trallero nous éclaire sur le patrimoine gantois.

Aujourd’hui, en souvenir de la scierie Bourdeu, il nous reste cette petite halle dénommée "pavillon Baltard". 

Construit en août 2003 sur la place Henri IV à l’entrée de Gan, il abrite les joueurs de boules les jours de pluie et le marché de l’AMAP le mercredi soir.

Pourquoi cette appellation ?

Il s’appelle ainsi en raison de sa ressemblance avec les dix pavillons qui furent construits entre 1852 et 1870 pour abriter les Halles de Paris. Leur architecture typique du 19éme siécle conjugue le fer, la fonte et le verre et est signée par l’achitecte Victor BALTARD (il est vrai que le verre n’est pas présent à Gan, mais avec un peu d’imagination...). Aprés la création du marché de Rungis en 1969, on entreprit la démolition du quartier des Halles de 1971 à 1973 pour permettre la construction de la gare RER et du forum des Halles. Un seul de ces pavillons, celui qui abritait le marché aux oeufs et à la vollaile, sera conservé, démonté et reconstruit à Nogent-sur-Marne pour y abriter une salle de spectacle qui sera justement baptisée "Pavillon Baltard".

Sauvé de la démolition

Tout comme le pavillon Baltard de Nogent celui de Gan a été sauvé de la démolition...et plutôt deux fois qu’une ! En effet, cette architecture métallique est issue du hangar de séchage des planches et de la parqueterie de la scierie, mais elle fut initialement achetée à la société des tramways de Pau quand l’usine du Bois Louis fut lier les volutes qui ornent chaque côté de la toiture, ont été récupérés sur les poteaux qui supportaient les caténaires dans les rues de Pau.

(*) Tout ne fut pas démoli ; demeurent les bâtiments récemment restaurés abritant la nouvelle médiathèque intercommunale, ainsi que la cheminée dont le paratonnerre sert à identifier les sommets pyrénéens depuis le Boulevard des Pyrénées et qui est maintenant parfaitement visible depuis la démolition des tribunes du Grand Prix de Pau. 

Daniel Trallero

Association GAN - Mémoire et Patrimoine

Janvier 2011